La vérité sur les 3 mois de prison de Moncef Marzouki sous Ben Ali

Cette enquête se propose de répondre à la question :

« Moncef Marzouki a toujours déclaré qu’il a été arrêté en mars 1994 car il a annoncé sa candidature aux présidentielles ».

Est-ce vraiment le cas ?

La version de Moncef Marzouki

En 1994 le pouvoir achève avec la reddition du dernier bastion de la démocratie qu’était la ligue , le processus de mise au pas de toute la société civile et le parachèvement de la dictature .

Les « élections » presidentielles prévues pour mars 1994 devaient être pour le Général BEN ALI un plébiscite . Du faît d’une loi électorale unique au monde rendant impossible toute candidature non gouvernementale , il était la caricature même du l’étrnel dirigeant arabe seul candidat sa propre succession , élu dans l’enthousiasme des foules reconnaissantes par 99,99 % des voix.

M.MARZOUKI considérant ces farces éléctorales comme insultantes pour la démocratie et le peuple ,décide dans un ultime acte de protestation de présenter sa candidature sur un programme de réformes démocratiques .

C’est la consternation dans les cercles du pouvoir habitués des scénarios plus maîtrisés et choqués par ce qui passe dans les dictatures arabes pour un crime de lèse majesté ou une folie dangeureuse .

M.MARZOUKI est arrété dans la rue et détenu par la police quelques heures pour l’empêcher de tenir une conférence de presse programmeé. Son télephone est coupé. Sa candidature n’est même pas reçue. L’appel de cent cinquante intellectuels pour son droit la candidature n’a aucun écho dans une presse cachant l’information aux citoyens qui suivront cette affaire travers les médias étrangers.

La farce électorale se déroule selon le scénario prévisible . Le Général BEN ALI est élu dans une atmosphère de peur générale et d’enthoisiasme factice par l’éternel score de 99% et M.MARZOUKI est jeté en prison deux jours seulement aprés le « plébiscite »

 

Les vérités que Moncef Marzouki a cachées aux Tunisiens

Des dates :

Moncef Marzouki a annoncé au début de février 1994 (vers le 5 février 1994) sa candidature aux présidentielles de 1994 qui allaient se dérouler en mars 1994 (20 mars). Il a été arrêté à la fin du mois de mars 1994 (vers le 23 mars 1994) pour diffamation.

Il y a donc environ 1 mois et demi environ qui séparent l’annonce de la candidature et l’arrestation.

En 1989,Moncef Marzouki a voté Ben Ali

Le journal tunisien Le Maghreb vient de confirmer les informations diffusées par le Blog de Sami ben Abdallah sur les élections de 1989. Moncef Marzouki a bel et bien voté pour Ben Ali. Ce n’est pas tant ce vote qui étonne ! C’est le double discours de Moncef Marzouki qui crie sur tous les toits qu’il a rompu avec Ben Ali dés 1987 (ce qui est faux).

 Moncef Marzouki n’a pas uniquement voté pour Ben Ali, il avait même publié plusieurs articles  au quotidien Assabah à la « gloire du Président Ben Ali » et soutenu sa candidature pour les présidentielles d’avril 1989.En échange de quoi, Moncef Marzouki a été élu président de la Ligue Tunisienne des droits de l’Homme en 1989. Même des dirigeants de la Ligue qui étaient catalogués RCD avaient voté pour Moncef Marzouki pour le récompenser pour son activisme durant la campagne électorale de Ben Ali d’avril 1989.

Exemple d’article publié par Moncef Marzouki pour soutenir Ben Ali

cliquez sur la photo pour lire l’article

 Le quotidien Le Maghreb a confirmé dans son éditons du jeudi 15 décembre 2011 que Moncef Marzouki a bel et bien voté pour Ben Ali en 1989.

 Le lendemain, le Maghreb fait allusion à l’article paru à El-Pais et que le Blog de Sami Ben Abdallah a été le premier à le publier comme preuve du double discours de Moncef Marzouki

 ci-dessous, l’article  d’El Pais dans sa traduction française,Moncef Marzouki explique les raisons de sa candidature:

Pourquoi Moncef Marzouki a été arrêté et emprisonné en 1994?

Au début de février 1994, deux personnes (contrairement aux déclarations de Marzouki qui souligne qu’il est le seul à se porter candidat) annoncent officiellement leurs candidatures aux présidentielles de 1994 :

Abderrahmane Hani, avocat et défenseur des droits de l’homme (il s’agit du père du journaliste Zied El Hani) s’est porté candidat aux Présidentielles de 1994, a également été arrêté et emprisonné durant des mois.

Abderrahmane Hani a été arrêté le 15 février 1994 pour « diffamation » (diffusion de fausses informations) et constitution d’une association non reconnue (il était le chef d’une petite formation politique non reconnue d’obédience nationaliste arabe).

Et Moncef Marzouki qui a annoncé sa candidature au début de février 1994 et a été arrêté vers la fin de mars 1994 après les élections présidentielles.

Selon la version officielle confirmée par les faits historiques, Moncef Marzouki a été arrêté pour avoir tenu des propos diffamatoires dans une interview avec un journal étranger.

Dans ses mémoires « Mon combat pour les lumières » Mohamed Charfi relate aux pages 279-280, les circonstances d’arrestation de Moncef Marzouki :

 

 

L’article du journal Espagnol à l’origine de l’arrestation de Moncef Marzouki

Moncef Marzouki a annoncé sa candidature le 5 février 1994. Les élections se sont déroulées le 20 mars 1994.

Du 5 février jusqu’au 20 mars 1994, Moncef Marzouki a cru que Ben Ali allait autoriser sa candidature. C’est pourquoi, il s’adresse à Ben Ali avec un langage politique très respectueux tant qu’il a cet espoir.

C’est ce qui explique l’intervew qu’il donne au quotidien français La Croix  publiée le 23 février 1994 où Marzouki s’est adressé au « Chef de l’Etat » pour reprendre son expression.

Cette interview a couté au journaliste Kamel Labidi (L’actuel Président de l’Instance Nationale Indépendante pour le secteur de l’Information et de la Communication) son poste en 1994 quand il était à la TAP (agence officielle d’information en Tunisie) comme le souligne le Quotidien français Le Monde du 8/4/1994.TUNISIE Condamnation d’un opposant Le Monde. Article paru dans l’édition du 08.04.94.Cliquez ICI)

 Candidature refusée : Moncef Marzouki change de discours politique

La candidature de Moncef Marzouki est refusée. La fin de la campagne électorale approche. Le 19 mars 2011 (un jour avant la fn de la campagne) Moncef Marzouki change carrément de discours politique et donne une interview au Journal espagnol El-Pais qui est l’inverse de ce qu’il disait à La Croix du 23 février 1994 (en 3 semaines, Moncef Marzouki a changé de discours politique). C’est cette interview à El Pais parue avant le 20 mars 1994 qui provoquera son arrestation pour diffamation.

Le 23 février 2011,Moncef Marzouki déclare à La Croix: Si Ben Ali accepte ma candidature,celà fera honneur au « Chef e l’Etat »

le 19 Mars 2011,comme Ben Ali ignore Moncef Marzouki,il est traité de Dictateur dans El pais.(Et s’il avait accepté?nuls doutes que Moncef marzouki aurait applaudi « le chef de l’Etat »)

Ci-dessous l’article d’El-Pais  paru en mars 1994.

Un comité de défense de Moncef Marzouki s’était constitué à l’étranger et avait traduit l’article en question. Ci-dessous la traduction publiée

Moncef Marzouki a-t-il rencontré les journalistes espagnols à Sousse ?

Oui. En effet, El Pais précise dans l’article cité ci-dessus :

A son arrestation, Moncef Marzouki a nié les faits

Dans son rapport « TUNISIE : L’impunité favorise le renforcement de la répression » publié le 2 novembre 1995 (disponible sur le web) Amnesty International est revenue  sur l’arrestation de Moncef Marzouki et de M. Abderrahmane Hani.

Le cas de M. Abderrahmane Hani

Le cas de M.Moncef Marzouki

Moncef Marzouki a donc nié les faits!

Moncef Marzouki a-t-il été torturé en 1994?

En septembre 2012, Septembre 2012, lors de son voyage aux USA, Moncef Marzouki a accordé une interview au journal américain thedailybeast dans lequel on y lit :

« En 2002, après une brève incarcération, où il a été torturé et détenu au secret »

et

« Marzouki a même décidé de ne pas traquer les personnes responsables de sa propre torture »

(source: http://www.thedailybeast.com/articles/2012/09/29/tunisian-leader-speaks-on-democracy-to-council-on-foreign-relations.html)

C’est encore un mensonge. En Avril 2013, interviewé par France culture,Moncef Marzouki a fini par reconnaître la vérité:

« Sous Ben Ali,j’ai été un prisonnier 5 étoiles et je n’ai pas subi de tortures ni de mauvais traitements » a déclaré Moncef Marzouki à France Culture.

Ecoutez ses aveux sur France Culture

Conclusion:

A la lumière de ces documents exposés, il est clair que Moncef Marzouki n’a pas été arrêté en mars 1994 pour s’être porté candidat aux présidentielles de 1994.

D’ailleurs, si Ben Ali avait accepté sa candidature après son interview du 23 février 1994, nuls doutes que Moncef Marzouki l’aurait remercié.

Sami Ben Abdallah

DROIT DE REPONSE :

Conformément à L’article 6, IV ; al.1er de la loi qui régie le Droit de réponse en France, « Toute personne nommée ou désignée dans les articles mis en ligne par le Blog de Sami Ben Abdallah – Blogueur de Tunisie, www.samibenabdallah.info dispose d’un droit de réponse, sans préjudice des demandes de correction ou de suppression du message qu’elle peut adresser  à :

Sami Ben Abdallah

sur l’Email : contactsba2@gmail.com

en tachant de garder une copie du mail adressé comme preuve d’envoi.

BDTECHIE