Abdelfattah Mourou confirme la version du Blog de SBA sur le missile Stinger

Abdelfattah Mourou vient de confirmer la version diffusée jusque-là par le Blog de Sami ben Abdallah et d’autres rares voix (comme Sid Ahmed Manai) qui ont osé défier la loi du silence imposée par Ennahdha, et la lâcheté  (et l’ignorance) de milliers de Tunisiens qui sont devenus amnésiques à partir du 15 janvier 2011.Car la Tentative d’abattre l’avion de Ben Ali entre 1990 et 1991 était réelle. Le groupe Sécuritaire 2 d’Ennahdha qui a voulu renverser le régime de Ben Ali entre 1990 et 1991 est aussi une réalité.

Résumé de la version de Sami Ben Abdallah sur la seconde tentative de renverser Ben Ali entre 1990-1991

J’ai commencé à m’intéresser à la seconde tentative de renverser le pouvoir par Ennahdha à partir de 2006 (Salah Karkar président d’Ennahdha en 1987 et Moncef Ben Salem ont reconnu et donné les détails de la premiere tentative de renverser le régime qui était prévue pour le 8 novembre 1987).

J’ai pu rencontrer plusieurs militants d’Ennahdha et quelques dirigeants dont je ne vais pas citer les noms pour ne pas les gêner. Une partie de la réalité de la seconde tentative de renverser le régime par un missile Stinger est la suivante :

« À la fin des années 80, les USA ont pourvu les talibans et les islamistes qui combattaient l’URSS en Afghanistan avec des dizaines de missiles Stinger. L’avantage de ce dernier est qu’il peut être porté sur l’épaule et est d’une grande précision.

Au début de 1990, un militant islamiste a été arrêté en Tunisie et a fait des confidences étrangères aux policiers. Il a parlé d’un plan d’acheminer un Missile Stinger de l’Afghanistan, de le poser sur un toit d’une maison et d’abattre l’avion présidentiel si Ben Ali se rendait au sud car il sera obligé d’atterrir à l’aéroport de Djerba.

 Le plan était encore au stade de la réflexion selon ce militant qui est passé aux aveux ».

C’est à partir de ces aveux que le régime a commencé à surveiller les militaires et croire qu’il sera renversé par un coup d’Etat. Ben Ali a tellement pris ses déclarations au sérieux au point qu’il n’a pas fait de déplacements à l’intérieur du pays durant plusieurs mois.

Barrakit Essahil et l’affaire du Missile STNGER sont 2 sujets relativement distincts. 

Michel Camau est un universitaire français, Professeur émérite des universités, spécialiste du monde arabe et musulman. Il a dirigé l'Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman (Aix-en-Provence), l'Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (Tunis et Rabat), et a enseigné à l'Institut d'études politiques d'Aix-en-Provence. Il a publié et dirigé plusieurs ouvrages sur la Tunisie, le Maghreb et le monde arabe dont "Syndrome autoritaire. Politique en Tunisie de Bourguiba à Ben Ali", co-écrit avec Vincent Geisser

La branche armée d’Ennahdha a réellement existé et est un des sujets les plus tabous au sen du parti. L’universitaire Michel Camau, un des meilleurs spécialistes de la Tunisie depuis 30 ans, souligne que « Rached Ghannouchi,à l’instar du PSD de Bourguiba, a développé une forme de « révisionnisme historique » dans le sens où il a toujours nié que le parti Enahdha a eu recours à la violence à ses débuts.

Enfin, la seconde tentative de renverser le régime est un dossier extrêmement délicat car il implique des anciens responsables du régime de Ben Ali qui sont toujours au pouvoir et des chefs d’Ennahdha qui sont aussi au pouvoir aujourd’hui…

Parmi les rares Tunisiens qui ont osé confirmé la seconde tentative de renverser le régme de Ben Ali par un missile Stinger,il faut citer Ahmed Manai,un des opposants historiques de Ben Ali et ex ami de Rached Ghannouchi. 


Sami Ben Abdallah 

Abdelfattah Mourou confirme  ces révélations dans son interview Réalités du 24 février 2012 N° 184

TELECHARGER L’INTERVIEW SOUS FORMAT PDF EN CLIQUANT ICI

Cliquez sur la photo pour agrandir

Cliquez sur la photo pour agrandir

Lire aussi:

La seconde tentative de coup d’Etat d’Ennahdha 1990-1991 (le groupe sécuritaire 2)

La Tentative de coup d’Etat d’Ennahdha du 8 Novembre 1987 (Groupe sécuritaire 1)

BDTECHIE