Abdallah Kahlaoui conseiller de Moncef Marzouki n’a pas démissionné

Par Sami Ben Abdallah

Le 16 avril 2012, un communiqué de la Présidence de la république, repris par plusieurs médias, a annoncé que : «Pour des raisons de santé et familiales », Abdallah Kahaloui, jusque-là ministre conseiller auprès du président de la République chargé des affaires étrangères, a présenté sa démission. Le Communiqué ajoute : « Cette démission est devenue effective après son acceptation par le Président ».

Le Corbeau, un réseau de personnes faisant partie du premier cercle de Moncef Marzouki qui fait des révélations sous couvert de l’anonymat au Blog de Sami Ben Abdallah, conteste la version du Communiqué présidentiel.

« Abdallah Kahlaoui n’a pas démissionné de son poste pour des raisons de santé ou familiales. Il a été limogé par Moncef Marzouki pour des « raisons délicates »…(Le Blog de Sami Ben Abdallah se contente pour le moment de faire allusion à ses raisons délicates…). Durant son parcours professionnel, Abdallah Kahlaoui s’est fait remarqué par ses « relations difficiles » avec ses « collaborateurs » et surtout « collaboratrices ». Marzouki le savait mais l’a engagé quand même avec lui. A la présidence de la république, Abdallah Kahlaoui a renoué avec ses « habitudes » et Marzouki n’avait d’autres choix que limoger son ami. Avant son limogeage, Abdallah Kahlaoui s’est entretenu avec Marzouki et un accord a été scellé entre les 2 hommes sur les compensations financières (retraite et autres avantages).Marzouki a exigé que Abdallah Kahlaoui ne fasse aucune déclaration aux medias et ce dernier a exigé qu’il soit « casé » dans un poste diplomatique. Il attend encore la réponse de Marzouki. »

Rappelons que Abdallah Kahlaoui est un baron du RCD qui a soutenu Ben Ali jusqu’à sa chute avant de retourner sa veste au profit de Moncef Marzouki qui l’a accueilli à bras ouverts. A la vérité, l’amitié de Moncef Marzouki et Abdallah Kahlaoui date de plusieurs années. Abdallah Kahlaoui était un trait d’union entre Moncef Marzouki et le régime de Ben Ali.

En dépit de toutes ses promesses de « rompre avec le régime de Ben Ali » Marzouki avait nommé son ami Kahlaoui comme « Ministre-Conseiller ». Le décret présidentiel N°5 daté du 14 janvier 2012 avait confirmé la nomination de Abdallah Kahlaoui comme « Ministre Conseiller » auprès de Moncef Marzouki et ce, depuis le 14 décembre 2011.

Pourtant, le 3 novembre 2011 Moncef Marzouki jurait à MEDIAPART:

« Le premier point, extrêmement clair pour nous, c’est que le CPR s’oppose radicalement à ce qu’une personne de l’ancien régime puisse exercer la moindre responsabilité dans le nouvel organigramme. Et ce, pour le poste de président de la République comme pour celui de n’importe quel ministère. C’est, pour nous, une question de principe. Ce pays a fait une révolution, il veut une rupture, il est hors de question que nous acceptions n’importe qui de l’ancien régime, à n’importe quel poste. »

Promettre de rompre avec les hommes de l’ancien régime car c’est « une question de principe pour Moncef Marzouki »! Nommer l’un d’eux comme Ministre Conseiller au Palais puis le limoger 5 mois après !

Pour faire du double discours et mentir en politique, y a pas mieux que Moncef Marzouki…

Lire aussi:

BDTECHIE