Complot du pain 1984, Et Driss Guiga crut son heure venue

La Tunisie a connu en janvier 1984 des émeutes du pain qui ont eu comme suites :

92 morts selon la version officielle (et entre 100 et 300 morts selon d’autres versions)

Des procès politiques des opposants qui ont soutenu ces manifestations (comme c’était le cas de Bechir Essid)

Des procès de manifestants arrêtés et torturés (plusieurs d’entre eux ont été condamnés à la peine capitale avant que Bourguiba ne les gracie sous la pression internationale)

Pourtant, si la révolte des pauvres tunisiens était sincère à cause de la cherté de la vie, il y a incontestablement un complot politique à l’origine des émeutes du pain.

Driss Guiga, le Ministre de l’Intérieur qui faisait partie du clan Wassila Ben Ammar en 1984 voulait la place de Mohamed Mzali, premier ministre en janvier 1984. Ce dernier était tombé en disgrâce auprès de la première dame.(Le poste de premier ministre sous Bourguiba était un poste politique très disputé car en cas de mort de Bourguiba, le Premier Ministre lui succédait automatiquement. C’est grâce à cette possibilité constitutionnelle que Ben Ali a pu démettre Bourguiba en novembre 1987. Après 1987, Ben Ali a supprimé cette solution Constitutionnelle.)

Aux lendemains de ces manifestations, Driss Guiga a pris la fuite et s’est exilé à l’étranger alors que son procès s’ouvrait à Tunis.

En Tunisie, il faut croire que l’Histoire se repète.car janvier 1984 ressemble énormément à Janvier 2011….

92 morts selon la version officielle ont payé le prix des coups bas politiques que se donnaient les proches de Bourguiba.

L’hebdomadaire Jeune Afrique était revenu en Janvier 1984 sur le procès Guiga

TELECHARGER l’ENQUETE DE JEUNE AFRQUE SOUS FORMAT PDF

BDTECHIE