Ce que disait Aljazeera de Habib Essid en avril 2011

Avril 2011. L’opposition conteste avec violence la nomination de Habib Essid (le 28/03/2011) comme Ministre de l’Intérieur. Car selon l’opposition dont le CPR et Ennahdha faisaient partie, Habib Essid est un homme du système Ben Ali et est accusé d’avoir participé à la fraude électorale de 1999 comme le rapporte le JT d’Aljazeera (Habib essid plusieurs fois ministre sous Ben Ali a été durant 4 ans Chef de cabinet de deux Ministres de l’Intérieur,Ali chaouch et abdallah Kallel).

 Le 10 juin 2011, Moncef Marzouki exige même la démission de Habib Essid sur les plateaux des médias comme c’était le cas sur MosaiqueFM:

 Durant la campagne électorale : Moncef Marzouki se présente comme un homme de « principes » qui n’accepte aucun ancien ministre de Ben Ali » dans le nouveau gouvernement. A MEDIAPART,il ose déclarer le 3 novembre 2011 :

« Le premier point, extrêmement clair pour nous, c’est que le CPR s’oppose radicalement à ce qu’une personne de l’ancien régime puisse exercer la moindre responsabilité dans le nouvel organigramme. Et ce, pour le poste de président de la République comme pour celui de n’importe quel ministère. C’est, pour nous, une question de principe. Ce pays a fait une révolution, il veut une rupture, il est hors de question que nous acceptions n’importe qui de l’ancien régime, à n’importe quel poste. »

 Le Vendredi 16 décembre 2011,1 an, jour pour jour, après l’immolation de Mohamed Bouazizi le 17 décembre 2010, la liste du gouvernement Hamadi Jebali est dévoilée.

On y lit :

Ministre chargé des questions de sécurité : Habib Essid

Ainsi, Moncef Marzouki et Ennahdha donne le coup de grâce à ce qu’on appelle « révolution tunisienne».

Aucune rupture n’a eu lieu contrairement à toutes les déclarations de l’avant campagne électorale.

Tout était des mensonges  politiques alors qu’ils discouraient sur la « rupture » et « l’intégrité »

Tout ça pour ça. ?

 

BDTECHIE