Le rôle trouble du milliardaire Nasr Chakroun aux cotés de Moncef Marzouki

Nasr Ali Chakroun est un milliardaire tunisien qui se veut très discret. Pourtant, cet homme qui a rejoint le Congrès pour la république depuis la chute de Ben Ali est très proche de Moncef Marzouki. Il est tellement proche que le CPR l’a désigné comme son candidat pour occuper le poste de Ministre des Technologies de la communication.

Il s’agit  :

« d’un ministère stratégique précise BusinessNews, en date du 3 novembre 211, quand on sait que l’année à venir va voir le traitement de beaucoup de dossiers sensibles dont ceux liés aux trois opérateurs de télécommunications. »

Des proches du CPR soulignent que la proximité de Nasr Ali Chakroun avec Moncef Marzouki viendrait du fait que ce dernier soit le fils de Maitre Chakroun qui a été l’avocat de Moncef Marzouki par le passé. Cependant, cette explication laconique ne démasque pas toutes les zones d’ombres que suscite le « fervent militantisme que s’est découvert Nasr Ali Chakroun pour le CPR après la chute de Ben Ali. »

Car, dans la Tunisie de Ben Ali, un homme comme Nasr Ali Chakroun ne peut pas être considéré comme un homme d’affaire ordinaire. Il est le patron de 3 S GlobalNet plus communément appelé Gnet, qui, selon son site officiel, est forte de:

300 collaborateurs,

et d’un chiffre d’affaires de 25 millions de Dinars actuellement.

En 2003, le chiffre d’affaire n’était que de 11.507.054 et 12.000.000 en 2004 . En 7 ans uniquement , il a donc  doublé (et que dire des Bénéfices!). C’est dire que pour Nasr Chakroun, la vie était belle et très généreuse sous Ben Ali.

Le chiffre d’affaire (25 millions de Dinars actuellement) à lui seul n’est pas la seule zone d’ombre. Une autre mériterait une franche explication, à savoir que Gnet, fournisseur d’accès à Internet tunisien, a obtenu la licence Internet en 1997 en Tunsie. Or en ces années noires en Tunisie, ceux qui ont obtenu la licence qui leur permet de générer des bénéfices se chiffrant des milliards de dinars, se comptaient sur les doigts d’une seule main et il fallait disposer d’une solide connexion avec le cercle très proche de Ben Ali pour que ce dernier y donne l’accès.

Comment Gnet et de Nasr Chakroun ont pu avoir cette licence en 1997 ?

BusinewssNews qui dépend de la publicité de ses annonceurs se limite à des explications ambigües pour des raisons « compréhensibles »:

« des zones d’ombre qui ne trouvent pas de réponse. M. Chakroun a été le premier opérateur à obtenir une licence de fournisseur d’accès à Internet en Tunisie. C’était en 1997 quand Internet était totalement méconnu par le public et les abonnements se faisaient moyennant des autorisations et des engagements ».

Et le même BusinessNews d’ajouter :

« Après la révolution, Nasr Ali Chakroun a été parmi les cinq premiers à obtenir la recommandation de l’INRIC pour obtenir une licence d’une chaîne de télévision. Une recommandation en or quand on sait que la télévision de demain se base sur le web. »

Or, une partie de la réponse à cette question existentielle : « Comment ils ont pu obtenir cette licence sous Ben Ali en 1997 ? » est dévoilée quand on sait l’identité de l’associé du «Nouveau et fervent militant du Congrès Pour la République et proche de Moncef Marzouki». Il s’agit d’Ali Babbou, le Président de Gnet, un espérantiste de choc qui grâce son amour pour L’Espérance Sportive de Tunisie, a pu être un «proche de Slim Chiboub ».

C’est grâce à l’intervention de Slim Chiboub que « Cette licence aurait été accordée à Ali Babbou par Ben Ali en même temps que celle de Planet a Cyrine Mabrouk en 1997. ». Si c’est pas Slim Chiboub,que les patrons de Global Net « osent » dire comment?

Demeure une seconde question existentielle: Si les Ben Ali et les Trabelsis sont les rapaces qu’on décrit au point qu’ils profitent de chaque entreprise tunisienne fleurissante, en échange de quoi Ben Ali a accordé cette licence et comment le groupe a pu évoluer sous Ben Ali tout en enregistrant des chiffres d’affaires aussi importants et tout en bénéficiant de situation de presque monopole sur le marché ? Silence radio.

Pourquoi Moncef Marzouki n’a jamais parlé de ses liens avec des hommes d’affaires?

Après la chute de Ben Ali, les propriétaires de Gnet ont choisi de soutenir Moncef Marzouki (ils ne sont pas les seuls à l’avoir fait) pour protéger leurs intérêts financiers tout en gardant des relations cordiales avec Ennahdha et dans une moindre mesure avec les autres partis.

C’est ainsi que le milliardaire Nasr Chakroun ne quitte plus Moncef Marzouki au point « de rejeter  le portefeuille ministériel auquel le CPR l’a proposé comme « son » candidat. » comme le précise BusinessNews du 7/11/2011.  Cependant, que les militants du CPR soient rassurés.  » cet homme d’affaire n’abandonnera pas  son militantisme politique au profit du CPR« .

Selon Businessnews du 3/11/2011 :

Nasr Ali Chakroun est le candidat du CPR.

Cinq noms sont évoqués le Ministère des Technologies de la communication. Il s’agit de Nasr Ali Chakroun ; candidat du CPR, Yassine Ibrahim, candidat d’Afek et Mondher Ben Ayed ou Slim Ben Ayed, candidats d’Ennahdha et Fadhel Kraïem en tant que candidat indépendant

Selon Businessnews du 7/11/2011 :

Nasr Ali Chakroun a déclaré qu’il n’était candidat à aucun poste politique et encore moins dans le même domaine d’activité dans lequel évoluent les entreprises qu’il dirige. Il souligne l’incompatibilité entre les fonctions de chef d’entreprise et celles de responsable politique, laquelle conduit généralement à des conflits d’intérêts inacceptables.

Cet homme est de la race des « hommes de l’ombre ». Que représenterait un salaire de Ministre devant tout ce que son entreprise pourrait gagner ? Et puis, en étant Ministre, il s’exposera sur la place publique et recevra inévitablement des coups. Or, lui se veut discret car la floraison de ses affaires en dépend. En continuant à s’occuper de ses affaires, son chiffre  continuera d’augmenter, il est parmi les cinq premiers à obtenir la recommandation de l’INRIC pour obtenir une licence d’une chaîne de télévision et il est militant du CPR et proche de Moncef Marzouki. Que demander de plus?

DOUBLE DISCOURS. Moncef Marzouki a été donc soutenu par des hommes d’affaires contrairement à tout ce qu’il a déclaré durant sa campagne électorale. Marzouki n’est pa à son premier mensonge politique, et  continue à discourir sur le budget du CPR qui ne s’élèverait qu’à 40.000 Dinars tunisiens, sa luxueuse maison à Sousse qu’il paye à crédit (Mais où habite-t-il alors à Tunis ?) sur la vie austère qu’il a menée durant son exil volontaire à Paris (il ne vit donc que grâce sa retraite de médecin puisqu’il n’a pas fait d’économie en Europe ?) et sur sa veste qui ne coûterait que 100 dinars tunisiens…

Et entretemps, les hommes d’affaires tunisiens qui ont ramassé des fortunes colossales sous Ben Ali (et grâce à Ben Ali aussi) continuent de sourire…alors que les familles des martyrs de la révolution dénoncent les retards accumulés dans les miettes que l’Etat compte leur verser comme compensation.

Et que fait l’opinion publique? Elle  est déchirée par des débats oh combien  surréalistes qui ressemblent à ceux sur le sexe des anges


 

 

LIRE AUSSI:

Moncef Marzouki:

Un discours avant la chute de Ben Ali

Et un autre après…

Le 18 novembre 2011, le Communiqué de Moncef marzouki a été repris par plusieurs médias et journaux.

« Je ne renonce pas à ma demande d’assumer la présidence de la République au cours de la prochaine période transitoire», a assuré le président du Congrès pour la République (CPR) Moncef Marzouki.

Pourtant un an avant, le même Moncef Marzouki disait exactement l’inverse.

Déclaration de Moncef Marzouki en décembre 2010

appelant à une « présidence collégiale »

 

DROIT DE REPONSE :

Conformément à L’article 6, IV ; al.1er de la loi qui régie le Droit de réponse en France, « Toute personne nommée ou désignée dans les articles mis en ligne par le Blog de Sami Ben Abdallah, www.samibenabdallah.info dispose d’un droit de réponse, sans préjudice des demandes de correction ou de suppression du message qu’elle peut adresser . Email : contactsba2@gmail.com

BDTECHIE