Moncef Marzouki: un discours avant et un autre après…

Le site Businessnews reprend une déclaration accordée par Moncef Marzouki à l’agence officielle TAP.  Moncef Marzouki, président du Congrès pour la République, a indiqué « qu’il ne renoncera pas à sa revendication de présider la République tunisienne durant cette année de transition. » (source ICI)

Pourtant, c’est le même Moncef Marzouki, qui sous Ben Ali se faisait remarquer par ses appels à une « présidence collégiale ».Il avait cultivé durant des années l’image de l’homme austère, au combat « désintéressé » et qui n’aspirait pas au poste de président de la république.

Et dire qu’il y a ceux qui l’ont cru… comme d’autres ont cru Habib Bourguiba en 1959 quand il déclarait que « si ça ne tenait qu’à lui, il quitterait la vie politique car il ne souhaitait pas être le président de la république ».

 Dans le même genre de Ben Ali qui en novembre 1987 avait promis des élections libres avant de vouloir s’éterniser au pouvoir plus tard.

Autre précision pour Moncef Marzouki : « il souhaite garder les pleins pouvoirs du président de la république et que la période transitoire dure 3 ans ».

Ils ne veulent pas tous le pouvoir, ils acceptent le poste de président de la république pour les « beaux yeux des Tunisiens ».

Déclaration de Moncef Marzouki en 2010

appelant à une « présidence collégiale »

 

BDTECHIE