La vérité sur la mort du syndicaliste Hassan Saadaoui en 1963

En Tunisie, c’est devenu presque un fait divers qu’une personne soit convoquée au ministère de l’Intérieur pour y être interrogée et qu’on annonce plus tard à sa famille que la personne est décédée suite à une « crise cardiaque » ou suite à un « accident de voiture ».

Si des procédures judiciaires ont été initiées pour savoir toute la verité sur l’affaire de l’informaticien Marwan ben Zineb (décédée en 1989) ou du Commandant Mansouri (décédé en 1988) dans les locaux du ministère de l’Intérieur suite à une « crise cardiaque » selon la version officielle, il faut aussi que toute la vérité soit faite sur un autre décès mystérieux survenu dans les locaux du Ministère de l’intérieur en Tunisie. Il s’agit du décès du syndicaliste et du résistant Hassan Saadaoui. (1899-1963)

Hassan saadaoui syndicaliste tunisienHassen Saadaoui était membre du bureau politique du PCT (parti communiste tunisien) qui était en 1963 en conflit politique avec le régime de Bourguiba. Hassen Saadaoui a été convoqué au Ministère dans le cadre d’une instruction ouverte au lendemain de l’interdiction du parti communiste tunisien en janvier 1963.. L’après midi, « ils » ont dit à sa famille qu’il était décédé dans les locaux du ministère de l’intérieur suite à une « crise cardiaque ».

Quand Hassen Saadaoui était décédé, le ministre de l’Intérieur était Taieb Mhiri et le directeur de la sureté, Bejji Caid Essebsi…

Le témoignage de Georges Adda sur la mort « mystérieuse » de Hassen Saadaoui

La journaliste Noura Borsali est revenue sur le décès mystérieux de Hassen Saadaoui dans les locaux du Ministère de l’intérieur. Extrait de l’Interview de Georges Adda par Noura Borsali, pp 54-55, Ouvrage « Bourguiba à l’épreuve de la Démocratie, 1956-1963 » Samed Editions, janvier 2000

Hassen Saadaoui syndicaliste tunisien

Hassen Saadaoui syndicaliste tunisien

Bourguiba à l'épreuve de la démocratie de Noura Borsali

Bourguiba à l'épreuve de la démocratie de Noura Borsali

BDTECHIE